Skip links

UN PEU DE VOCABULAIRE ! AVEC LES C

Alors là , accrochez-vous, car il y a beaucoup de vocabulaire dans l’univers de la formation et de l’emploi avec la lettre C 😊

 

Découvrez tous les sigles et découvrez les définitions :

 

CAE (contrat d’accompagnement dans l’emploi) : contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée destiné à faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d’accès à l’emploi.

CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) : établissement public administré par des commerçants et industriels élus au suffrage universel et représentant, à l’échelon local, les métiers du commerce et de l’industrie. Elle est chargée de défendre les intérêts généraux du commerce et de l’industrie mais assure également des missions de proximité auprès des entreprises : centre de formalités, accompagnement des créateurs d’entreprise, formation et développement des compétences…

CCN : Convention Collective Nationale

CSE (conseil social et économique) : le CSE remplace le traditionnel CE (comité d’entreprise) dans les entreprises de 11 salariés et plus. Composé de représentants du personnel et présidé par l’employeur, le CSE regroupe le CE, le DP et le CHSCT. Il a des attributions économiques, sociales et culturelles.

CEC (compte d’engagement citoyen) : depuis le 1er janvier 2017, les personnes qui exercent des activités bénévoles ou de volontariat bénéficient d’un Compte d’engagement citoyen (CEC) leur permettant d’acquérir des heures pour se former à l’exercice de ces activités ou des jours de congés. Le CEC est intégré au Compte personnel d’activité (CPA).

CEP (conseil en évolution professionnelle) : outil d’appui à l’élaboration de projets d’évolution professionnelle. Le CEP est une prestation gratuite proposée à tous les actifs (salariés, demandeurs d’emploi…) depuis le 1er janvier 2015, par des opérateurs extérieurs à l’entreprise (FONGECIF, APEC, Pôle emploi…). Il permet de construire un projet de formation, d’améliorer sa qualification, de sécuriser son parcours professionnel…

Certificateur : autorité ou organisme en charge de la délivrance de la certification (diplôme, titre à finalité professionnelle, CQP…). Ce peut être un ministère (Emploi, Enseignement supérieur…), une grande école (d’ingénieur, de commerce…), un organisme de formation public ou privé, une chambre consulaire (chambre de commerce, des métiers…) ou une Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation (CPNE/CPNEF) d’une branche professionnelle.

Certification professionnelle : une certification professionnelle reconnaît l’acquisition de connaissances, de compétences et de savoir-faire par la délivrance d’un diplôme, d’un titre professionnel ou d’un certificat de qualification professionnelle (CQP). Cette reconnaissance, classifiée par niveau et par spécialité dans un répertoire national (RNCP), permet d’attester que le titulaire maîtrise les compétences, aptitudes et connaissances nécessaires à l’exercice d’une ou plusieurs activités qualifiées (métier/domaine professionnel).

CFA (Centre de formation d’apprentis) : établissements de formation assurant un enseignement en alternance à des personnes ayant conclu un contrat d’apprentissage. Les CFA proposent une offre de formation diversifiée menant aussi bien aux diplômes du BEP, du CAP, du Brevet professionnel ou du Baccalauréat professionnel qu’aux diplômes de l’enseignement supérieur (BTS, DUT, Licence professionnelle, Master professionnel, diplôme d’ingénieur).

CNCP (Commission Nationale de Certification Professionnelle) : commission placée sous l’autorité du ministre en charge de la formation professionnelle, et composée de représentants des ministères, des régions, des partenaires sociaux, etc… Ses principales missions sont de répertorier l’offre de certification professionnelle à travers le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), d’instruire les demandes d’enregistrement des certifications au répertoire, d’informer les personnes et les entreprises sur les certifications inscrites au RNCP, de veiller au renouvellement et à l’adaptation des diplômes et titres délivrés, de veiller à l’évolution des qualifications et de l’organisation du travail…

Contrat d’apprentissage : contrat de travail incluant une formation en alternance dans un CFA ou une section d’apprentissage. Il s’adresse généralement à des jeunes âgés de 16 à 25 ans, mais peut aussi concerner, sans limite d’âge, des travailleurs handicapés ou des créateurs ou repreneurs d’entreprise.

Contribution formation : les entreprises participent au financement de la formation professionnelle de leurs salariés, en versant notamment chaque année une contribution formation à leur OPCA. Le taux de cette contribution varie selon l’effectif moyen de l’entreprise et est calculé sur la base de la masse salariale annuelle brute. A la contribution légale peut s’ajouter une contribution conventionnelle définie par la branche professionnelle dont relève l’entreprise. L’entreprise peut également verser à l’OPCA des contributions volontaires supplémentaires.

Convention collective : convention signée entre des organisations professionnelles d’employeurs et des organisations syndicales de salariés, dans un secteur d’activité ou une branche professionnelle. Elle définit les règles applicables en matière de droit du travail, de formation professionnelle, de protection sociale (prévoyance, retraite…). Elle détermine également les classifications professionnelles (nature et catégories d’emplois, niveaux et coefficients…) et les salaires minima.

Convention de formation : contrat de droit privé conclu entre une entreprise et un organisme de formation pour réaliser une formation. Elle comporte obligatoirement certaines mentions prévues par le Code du travail : numéro de déclaration d’activité de l’organisme de formation, intitulé, nature, durée, effectifs, modalités de déroulement et de sanction de la formation, prix et contributions financières éventuelles de personnes publiques.

CPF (compte personnel de formation) : depuis fin novembre, toute personne active qui souhaite faire une formation peut le faire via son CPF sur le site  www.moncompteformation.gouv.fr Mobilisable tout au long de la vie professionnelle, ce compte permet de cumuler une somme (dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle, les heures du compte personnel de formation (CPF) ont basculé en euros en 2019) pour suivre certaines formations pendant le temps de travail ou en dehors de celui-ci

 

Toutes les clés pour développer votre organisme de formation sur www.boit-action.fr